Canada - Récolte difficile

Bob Fraser - Ventes et service, Genesus Ontario bfraser@genesus.com

En Ontario (comme dans de nombreuses régions du Canada), cette récolte a été l'une des plus difficiles de l'histoire récente. L’automne a été particulièrement humide et il ya encore beaucoup de maïs dans les champs et du soja dans de nombreuses régions. Maintenant, l'hiver est venu avec de la neige dans de nombreuses régions, ce qui entrave encore les progrès.

Pour ajouter à l'insulte aux blessures, les niveaux de DON (mycotoxines) ont été un problème dans toute la province, avec des rapports signalant des niveaux extrêmes (à deux chiffres) dans certaines régions. Certains semblent être à des niveaux le rendant invendable, même à l'éthanol.

Agricorp, l'organisme d'assurance-récolte de l'Ontario, rapporte ce qui suit:

  • Producteurs 8,600 dont le million d'acres de maïs 1.6 est couvert par l'assurance-production
  • Les maladies des plantes, comme le DON, sont des risques assurés par l’assurance-production
  • Les producteurs de 1,400 ont signalé des dégâts dus au DON.

Comme vous pouvez le constater, le défi est de taille en Ontario. Comme je l'ai mentionné dans des commentaires précédents, le modèle ontarien comprend la plupart des producteurs de porcs, mais pas tous, ne cultivant et nourrissant leur propre maïs. En tant que vétérinaire avec qui j'ai discuté, j'ai probablement dit le mieux, que l'année prochaine serait marquée d'un astérisque à côté des problèmes de reproduction liés aux toxines.

Le frottement supplémentaire est, sans les niveaux élevés de DON dans le maïs et le climat rigoureux, cette récolte serait une pour les âges. Les rendements pour le maïs et le soja ont été exceptionnels, de nombreux producteurs suggérant le meilleur de leur histoire.

Bob Hunsberger, Wallenstein Feeds, Sommaire du rapport économique sur le porc, rappelle le récit de Deux villes: «C'était le meilleur des cas, c'était le pire des temps». La projection des bénéfices des producteurs actuels par porc avec une production moyenne est de (- 18.31 $). Cependant, la production moyenne de bénéfices pour les douze prochains mois est estimée à 29.27 $. Cela explique probablement beaucoup de prudence dans les campagnes.

Beaucoup de promesses, mais les choses ne sont pas si chaudes en ce moment.

Centrales porcines canadiennes

Successful Farming a récemment publié la liste 2018 Pork Powerhouses des principales entreprises porcines américaines 40, en nombre de truies, ainsi que des principaux exploitants de truies 5 au Canada.

  • Olymel, Saint-Hyacinthe - Truies 106,000.
  • HyLife, LaBroquerie - Truies 84,000
  • Exploitation agricole Maple Leaf, Landmark - Truies 74,000
  • The Progressive Group, Niverville - Truies 38,500
  • Provista Agriculture, Steinbach - Truies 35,000

Selon les données de Statistique Canada, il y avait 1.245 millions de truies au Canada à la mi-année. Cela signifie que les meilleurs 5 au Canada ont une part de 27% du total.

Les trois premiers aux États-Unis, Smithfield, Seaboard et Pipestone, à 1.541 millions, représenteraient un pourcentage très similaire à celui d'une part du total américain, deux d'entre eux étant également des emballeurs. Où les trois premiers au Canada sont aussi les emballeurs. Il est intéressant de noter que l'industrie américaine est environ cinq fois plus grande que celle du Canada et qu'elle a suivi une trajectoire d'intégration des conditionneurs / producteurs très similaire. Il est également surprenant que le montant en pourcentage ne soit pas significativement différent.

Catégorisé dans: ,

Cette publication a été écrite par Genesus